vendredi 23 octobre 2009

LA SOCIOLOGIE APPLIQUEE AU RAP


L’idée principale de ce livre est qu’il n’est plus possible aujourd’hui de considérer le rap comme « une musique faite par la banlieue pour la banlieue ». Ses productions sont diverses, tout comme ses publics (notamment selon leur age, leur sexe, leur origine et appartenance sociales, leurs expériences d’écoute du rap, que l’auteure définit comme le « capital rapologique » des récepteurs de rap). Il existe différentes manières d’écouter du rap et différentes raisons d’en écouter. L’auteure fait ainsi émerger quatre catégories principales de récepteurs de rap qui n’écoutent pas le meme type de rap, ni de la meme facon, ni pour les memes raisons : les consommateurs de rap, le grand public du rap, les amateurs de rap et enfin, le public branché du rap.

Si, pour un observateur averti du rap en France, certaines idées développées dans l’ouvrage entreront en écho avec leur perception personnelle, l’enquête aura pour eux le mérite d’apporter des compléments d’informations et de rendre concret et scientifique ce qui n’était jusqu’alors qu’impressions. En direction de ceux qui connaissent peu ou mal le rap, l’ouvrage se veut être un outil pour combattre les préjugés et clichés persistants à l’égard de cette musique.

EDITIONS L'HARMATTAN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire