lundi 21 juin 2010

L'INTERVIEW: FISTO





L'AssoTeaz MAG : Peux-tu te présenter en quelques mots?
Nom: Fisto
Age: 33
Profession: Musicien
Style: Hip Hop
Carrière: Cinquième Kolonne, SOfa So Good, Un oeil dans le rétro...

LAZM: En 2003 tu sortais ton premier album. En 2010, nouvel album. Qu'est-ce qui les différencie?

FISTO: En fait en 2003 j’ai sorti un album avec mon groupe 5eme Kolonne. Donc ça n’était pas un solo. Ensuite, j’ai participé à l’aventure «Max de 109» , un projet de Sony ou j’ai eu pas mal d’exposition médiatique via Skyrock notamment, avec un single en rotation et la participation à une compilation multi artistes. Apres la création d’un groupe de Hip Hop acoustique, Sofa So Good, avec lequel j’ai tourné 3 ans, j’ai commencé à travailler sur mon solo en 2008, avec le collectif de producteurs Soul Square, dans lequel on retrouve DJ ATOM (C2C -Beat Torrent), qui a réalisé l’album. Cet album se nommera «Futur Vintage» et il sortira fin 2010. En prémices on peut retrouver certains titres sur le maxi vinyle «Novo Classic» que j’ai sorti fin mai.

LAZM: Tu peux nous en parler plus particulièrement?

F:
Quand on a terminé l’album, avec Atom et les Soul Square on s’est demandé quelle était la meilleure façon de regagner de la visibilité sur mon nom. Sachant qu’on avait réalisé un album « à l’ancienne», avec des beats à la saveur soul jazz, et qu’on retrouvait l’auto dérision et le coté punchline du rap francais des années 90 (Fabe , Puzzle, Akh) on s’est dit que la meilleure stratégie était d’assumer jusqu’au bout ce côté là et d’arriver avec un objet fétiche dans le Hip Hop, le maxi vinyle annonciateur d’un album... De là on a commencé à le travailler comme un véritable objet, un EP à part entière. De la pochette au contenu. C’était l’occasion d’installer une vraie identité, peut être plus rugueuse que celle que certains auditeurs peuvent avoir de moi si ils s’arrêtent à "Juste Un Looser".

LAZM: « Novo Classic ». Pourquoi ce titre?

F:
L’album se nommant «Futur Vintage», je voulais conserver pour le maxi qui l’annonce ce coté là, un titre à deux entrées avec l’opposition neuf/vieux. Ca faisait aussi écho avec le fait qu’on fasse selon moi un genre de rap «classique» - dans le bon sens du terme-. On fait du neuf avec du vieux quoi, en prenant des samples de jazz, de soul, comme dans le rap US des 90's qui nous a bercé ( ATCQ, Slum Village, Pete Rock, Common...) mais avec un traitement moderne, qu’ Atom a apporté. Je n’aime pas l’appellation «oldschool», et je ne cautionne pas vraiment le délire «le Rap c’était mieux avant», mais faut admettre que c’est ce rap là qui me touche en tant que trentenaire, donc je voulais souligner ça..

LAZM: Pourquoi avoir pris tant de temps pour faire cet album?
F: J’ai pris du temps pour construire ma carrière en dehors des sentiers battus du rap FM, un chemin de traverse, quoi! Aujourd’hui je suis intermittent du spectacle, je vis de ça mais sans être forcément estampillé «tête de gondole». J’ai connu d’un coté «l‘underground» et d’un autre l’exposition médiatique avec Skyrock, et il m’a fallu du temps pour me trouver un entre deux. Et puis pour être franc, cet album je n’aurais pas pu le faire avant. J’avais pas les épaules, ni le recul nécessaire sur mon parcours pour l’assumer je pense.

LAZM: Tu es passé par le slam, le théâtre, le rap. Tu peux nous parler de ces différentes expériences?

F:
Je pense que ces expériences sont liées à mon amour de la scène et des mots : l’oralité. Etre devant des gens que tu ne connais pas et leur livrer une part de toi, c’est assez libérateur et jouissif et ça m’a réellement aidé à me construire en tant qu’individu. Ce sont des pratiques scéniques qui s’alimentent entre elles... Ca m’a donné une ouverture d’esprit et un recul sur ma pratique de MC, qu’il est dur d’avoir en ayant «le nez dans le guidon» . Pour le slam, pour être honnête, autant j’ai été séduit il y a 6-7 ans par son émergence, qui m’a vraiment aidé à renouveler ma plume et ma pratique du rap, autant j’ai été très vite déçu. Je trouve qu’il y beaucoup d’imposteurs dans cette scène, et le coté «rap pour les nuls / poésie de banlieue» que peut avoir le slam a le don de m’agacer... Evidemment, comme le rap en France, les médias y sont pour quelque chose. Pour les institutions c'est devenu une sorte d’eldorado culturel, comme un costume de gendre idéal à revêtir pour qu’on valide nos propos. « C’est du rap ? Ah non , du slam? ...bon ça va alors !»...

LAZM: Qu’est ce qu’il te reste a accomplir maintenant ?

F:
En dehors du rap, je me dirige vers d’autres pratiques en lien avec l’écriture : roman, nouvelles, scénarios etc ... C'est la prochaine étape pour moi !

LAZM: Bon, comme ton maxi s'appelle Novo Classic, que tu mélanges old & new school, on va poursuivre avec des questions dans le délire: "si tu pouvais bouger dans le temps..."


Tu irais directement à quelle période?

F:
Dans les 70’s ... sans hésiter!

Tu jouerais quel instrument?

F: De la batterie ou du saxo... Vieux rêve de môme jamais exaucé ! Pour moi dans le rap, le phrasé c’est la base, la clé. Un bon rappeur doit savoir renouveler ses figures rythmiques, comme un batteur , c’est de la percussion vocale ...

Tu changerais quoi au rap?

F:
La façon dont il a été «vendu» en France et le fait qu’il n y ait jamais vraiment eu de passage de relais des valeurs initiales du mouvement...

Tu changerais quoi à ta carrière?

F:
Quelques détails par ci par là mais pas grand chose, je suis assez content du chemin que j’ai pris au final. Entre underground et marketing ... Ou alors peut être que je ferais plus une carrière de cracheur de feu ou de montreur d’ours tiens !

Tu porterais quoi comme fringues?

F:
Si c’est dans les 70‘s : pattes d’eph, veste en cuir , un béret et un sous pull orange ... Pimp style ! Sauf que je ressemblerais plus a un figurant échappé d’un épisode du Commissaire Moulin que de Stax !!



T'empêcherais quel évènement?
F: Plutôt que d'empêcher un événement , je chercherais a savoir ce qui se cache derrière certains, comme le 11 septembre ...

T'inventerais quel concept?

F:
Apres m'être ramassé avec des inventions comme le Minitel, le jetpack ou le bippeur j’inventerais le Serato ... pour le revendre à Rane !

T'empêcherais quel artiste de percer?

F:
Je ne déteste pas assez les gens pour vouloir empêcher leur réussite ... Mais faut dire que si Christophe Maé disparaissait je regagnerais ma place de numéro dans le top ten de mon petit neveu ...

Et tu te rends compte que le rap est mort. Tu fais quoi?

F:
Bon bah la, du coup je ressuscite Christophe Maé pour faire un feat!!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire